Menu Galerie Beaux Arts

Joseph Sudek

Pour accéder au catalogue complet, merci de vous identifier ou de créer un compte

JOSEF SUDEK (1896-1976), photographe tchèque

Son père (peintre en bâtiment) meurt alors que le futur photographe a trois ans. A l'âge de quatorze ans, il part à Prague pour un apprentissage où il apprend la reliure.

De 1910 à 1914, il effectue surtout des autoportraits – dans lesquels il se livre au plaisir et à la fantaisie de la mise en scène et du déguisement –, des paysages, des images de Prague où viennent s'inscrire les motifs obsédants qu'il développera plus tard, le château de Hradcany, le pont Charles, le Théâtre national, des palais et des statues.

Il photographie en amateur dès 1913. Il accomplit son service militaire à Kadaň en 1915 et part ensuite pour le front italien armé de son appareil photographique.

Il revient amputé du bras droit à cause d'une grenade, il devient alors photographe après avoir étudié la photographie pendant deux ans à Prague à l'école des arts graphiques de 1922 à1923 avec Jaromir Funke. Sa pension d'invalidité lui laisse la possibilité de se consacrer à la photographie d'art et dans les années 1920 il travaille dans un style pictorialiste.

En 1924, poussé par un club de photographie local, il devient le co-créateur de la Société Photographique de Prague (Pražskou fotografickou společnost). En 1927 il lance son propre studio. Il photographie les mutilés de guerre, la restauration de la Cathédrale Saint-Guy de Prague et voyage deux mois en Italie.

De 1927 à 1936, il réalise des portraits, des reportages et des paysages pour la maison d'édition DP (Družstevní práce) dans les locaux de laquelle il organise sa première exposition personnelle en 1932. Il expose ensuite à plusieurs reprises à Prague. En 1933, il prend part à l'exposition La photographie sociale.

Durant la seconde guerre mondiale et après, Sudek créa des paysages de nuit de Prague, photographia les paysages boisés de Bohème et la fenêtre en verre qui menait à son jardin (les fameuses séries La fenêtre de mon Atelier). Il poursuivit en photographiant l'intérieur encombré de son studio (les séries Labyrinthes).

À partir de 1940, il adopte l'appareil grand format (30x40 cm), utilise la caméra panoramique Kodak (1894, 10 x 30 cm). En 1954, il obtient le Prix de la ville de Prague et en 1961, le titre d'artiste émérite par le gouvernement tchèque.

Il sera exposé à l'Ouest, pour la première fois, en 1974, à la George Eastman House, et publiera 16 ouvrages au cours de sa vie. Appelé le "poète de Prague", Sudek resta célibataire et fut une personne timide et solitaire : il apparaissait rarement aux vernissages de ses expositions.

De tous les photographes de l'École tchèque, Josef Sudek, surnommé le « chantre de Prague », apparaît comme un maître essentiel, un alchimiste, un sorcier de « l'étendue rêveuse [...] chez qui la contemplation de l'objet se colore d'un mystère de plus en plus intérieur ».

Pour Sudek, l'acte photographique était une forme de subversion merveilleuse, une apologie du silence et de la mélancolie, et c'est ce qui justifie, la singularité de son œuvre – dépouillée, incandescente – dans la photographie du XXe siècle.