Menu Galerie Beaux Arts

Jaroslav Rössler

Pour accéder au catalogue complet, merci de vous identifier ou de créer un compte

JAROSLAV RÖSSLER est né en 1902 et est mort en 1990 en Tchécoslovaquie.

Elève de Frantisek Drtikol à Prague entre 1917 et 1921, Jaroslav Rössler devient, dès 1923, le photographe le plus important du groupe Devetsil (mouvement qui s’oppose à l’art prolétaire et au réalisme magique, pour s’engager dans le poétisme). Bien que nombre de ses épreuves soient réalisées au bromoïl[1], procédé typiquement pictorialiste, Jaroslav Rössler est un fervent défenseur de la photographie moderne. Imprégnées de constructivisme et de purisme, ses premières natures mortes sont en fait des « constructions d’ombre et de lumière » dans lesquelles il intègre parfois un objet (un bol, une bougie), simple forme de retour au réel en parfaite harmonie avec le reste de la composition abstraite. C’est aussi dans le même style « minimaliste » qu’il photographie les architectures d’acier, montrant une grande simplicité et une grande pureté dans les formes. En 1924, Jaroslav Rössler expose à Paris au Salon international de la photographie ; deux ans plus tard, il fait un passage dans la capitale française et décide de s’y installer l’année suivante. Il travaille alors pour le studio des Frères Manuel, puis au studio Lorelle (1928-1932 et 1934-1935). Il se spécialise ainsi dans la photographie publicitaire et industrielle, poursuit ses recherches personnelles et réalise une série sur la Tour Eiffel (1929). De retour à Prague à la fin de l’année 1935, il ouvre son propre studio et effectue de nombreux portraits. Dès 1951, date de la fermeture de son atelier, il participe aux travaux de Studio Fotografia.

A la fin des années cinquante, Jaroslav Rössler revient à ses anciennes expériences et réalise des photographies de paysage à l’aide d’un prisme placé devant l’objectif. Il cesse de travailler en 1964.


[1] Dans le procédé du Bromoïl, l'image argentique contenue dans la gélatine d'une épreuve photographique est blanchie et en même temps cette gélatine se tanne proportionnellement à la quantité d'argent qu'elle contient. L'image est ensuite fixée, lavée et séchée.