Menu Galerie Beaux Arts

Jacques-Henri Lartigue

Pour accéder au catalogue complet, merci de vous identifier ou de créer un compte

JACQUES-HENRI LARTIGUE (1894-1986), photographe français

A l’âge de 8 ans en 1902, Jacques se fait offrir par son père un appareil photographique. Dès lors, il n’a de cesse de photographier sa vie d’enfant. Plus tard, il commence à dessiner et à peindre. En 1915, il fréquente brièvement l'académie Julian. La peinture devient et restera son activité professionnelle.

A partir de 1922, il expose dans plusieurs Salons à Paris et dans le sud de la France. Entre temps, en 1919, Jacques a épousé Madeleine Messager, fille du compositeur André Messager et a eu un fils Dani, né en 1921. Ils divorceront en 1931.

Jusqu’au début des années 30, il mène une vie luxueuse et mondaine. Mais la fortune des Lartigue s’étiole et Jacques est contraint de trouver d’autres sources de revenus. Se refusant à travailler par crainte de perdre sa liberté, il vit humblement de sa peinture durant les années trente et quarante.

Dès les années 50 et contrairement à la légende le prétendant inconnu de tous, Lartigue commence à exister comme photographe tout en continuant à peindre. En 1962, avec Florette, sa troisième épouse, Jacques embarque à bord d’un cargo à destination de Los Angeles.

Petit détour par la Côte Est, ils rencontrent Charles Rado, de l’agence Rapho qui contacte John Szwarkoski, alors jeune conservateur du département photographique du MoMA. L’enthousiasme est général. En 1975, la première rétrospective de son œuvre a lieu au Musée des Arts Décoratifs, à Paris.

Un an auparavant, Lartigue avait réalisé la photographie officielle du président de la République, Valéry Giscard d’Estaing. En 1979, l’acte de donation est signé : Lartigue est le premier photographe français à faire don, de son vivant, de son œuvre à l’Etat français. Il charge l’Association des Amis de Jacques Henri

Lartigue de conserver et de diffuser le fonds. En 1980, l’exposition Bonjour Monsieur Lartigue au Grand Palais répond à la volonté de Lartigue de voir ouvrir son « musée ». Jusqu’à ses derniers jours, il poursuit son œuvre à travers la photographie, la peinture et l’écriture.

Il s’éteint à Nice le 12 septembre 1986, à l’âge de 92 ans.